Les Matériaux

La Porcelaine

La porcelaine est une céramique fine et translucide majoritairement utilisée dans les arts de table. Les techniques de fabrication de la porcelaine atteignent leur perfection en Chine au XIIe siècle.

La plus ancienne porcelaine chinoise vue en Europe est le vase Marco Polo, qui aurait été rapporté de Chine par l’un des Polo, d’une hauteur de 12 cm, datant de la fin du XIIIe siècle. Les scientifiques estiment que les premières porcelaines véritables seraient apparues sous la dynastie des Han de l’est, entre -206 et 220 après JC.

On distingue traditionnellement la porcelaine dure, fidèle à la tradition chinoise, de la porcelaine tendre, issue des manufactures anglaise et françaises. Ces dernières ont en effet tenté de reproduire les techniques chinoises, mais ne disposant pas des matériaux adéquats, ont abouti à un résultat distinct. D’ailleurs, si les britanniques utilisent les terme de China ou Bone China pour désigner respectivement la porcelaine dure et une porcelaine plus tendre, ce type de céramique est baptisé porcellana par les Italiens qui la ramènent de Chine au XVe siècle.

La pâte utilisée pour la fabrication de porcelaine est composée d’un mélange de quartz, de feldspath (minéral d’aspect brillant), et de kaolin (argile blanche). Elle est ensuite coulée dans un moule poreux ou calibrée, c’est-à-dire pressée par un outil contre les parois. Puis arrive l’étape de la cuisson, à près de 1000 degrés. L’objet ainsi obtenu est fragile et poreux, puis il est recouvert d’un vernis. La 2e cuisson à environ 1300 degrés permet de transformer le vernis en film vitrifié. Enfin, les éléments de décoration peuvent être appliqués à la main, ou à l’aide de décalcomanies fabriquées par sérigraphie, et se fixent à l’aide d’une dernière cuisson.

Aujourd'hui, la porcelaine est le matérieau emblématique des arts du thé, particulièrement dans la tradition chinoise. On retrouve la porcelaine Bone China dans la majorité des théières et accessoires de thé.

La Céramique

Si la céramique chinoise est universellement connue pour la porcelaine, elle est aussi riche d’une longue tradition d’innovations techniques et stylistiques. En effet, la poterie est en Chine un art d’une extrême ancienneté, on date les tout premiers exemplaires de terres cuites à 6 000 ans avant J.-C.  qui a eu une grande influence sur le développement des techniques et des styles en Corée, au Japon puis en Europe.

Le Bambou

Les usages du bambou sont si nombreux en Chine depuis le début du XIXe siècle qu’il mérite à juste titre le nom d’arbre national. Que ce soit en matière de papeterie, de construction, d’alimentation ou même d’art et de décoration, il constitue un matériau extrêmement solide, entièrement étanche, et très esthétique. Après la coupe du bambou, il est nécessaire de le conserver debout dans un lieu sec et bien ventilé, durant un mois. Afin d’accélérer le séchage, il est parfois utile de le passer au four. Il passe alors du vert au jaune ou, selon son âge,  au rouge sombre. 

On retrouve souvent le bambou dans le mobilier (lampes, chaises, tables...), mais aussi dans les bateaux utilisés pour la cérémonie du thé, ou encore comme élément décoratif.

Le Verre soufflé

Le soufflage du verre permet de produire des volumes en creux, ou de constituer des vitres et glaces. Ce travail se fait au moyen de la canne de verrier. Avec sa canne, le souffleur commence par « cueiller » une masse de verre en fusion. A l’aide d’une surface plate souvent en marbre, il régularise la masse pour obtenir la paraison. Il fait ensuite naitre une bulle par un souffle bref (pour éviter le reflux d’air chaud) et en bouchant aussitôt l’orifice de son doigt.

La teinture par immersion

La teinture par immersion consiste à plonger le tissus dans un bain de teinture naturelle, jusqu’à obtention de la couleur souhaitée. Cette technique permet d’obtenir l’exacte intensité de couleur souhaitée, et de jouer sur des dégradés. Elle est particulièrement utilisée sur du coton, pour des sacs ou encore du linge de lit.